Yolaine Parisot et Charline Pluvinet (dir.), "Pour un récit transnational. La fiction au défi de l’histoire"

"Pour un récit transnational. La fiction au défi de l’histoire,"

sous la direction de Yolaine Parisot et Charline Pluvinet, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2016.

Le monde contemporain – postcolonial, post-11 septembre, globalisé – doit se confronter au défi de l’histoire immédiate, face à une inflation événementielle et simultanément face à une diffusion médiatique massive, rapide, internationale où le présent se raconte dans l’urgence. Cette pression des faits renforce pourtant le besoin de fictions, non pour se détacher du « présentisme » de notre époque mais bien pour s’y mesurer. Interrogeant aussi la valeur exacte des mots, elle donne une résonance autre au débat concernant les relations entre littérature et histoire et impose d’en reformuler les présupposés. Les littératures contemporaines s’attellent ainsi à reconstruire une phénoménologie de l’événement, à mettre en scène l’autorité possible de l’auteur comme à mettre à l’épreuve la force et la vertu du récit fictionnel dans ses dimensions éthique, épistémologique et également poétique ainsi que dans les logiques de l’imaginaire qu’il élabore. Ce faisant, elles définissent leur corpus par le souci du politique et repensent leur histoire sous le régime de l’immédiat. Les études de ce volume explorent donc les réponses apportées à ce défi du présent et de l’histoire par les fictions contemporaines dans le cadre d’une littérature envisagée en régime mondial : les analyses croisent ainsi, hors de leurs cloisonnements géographiques, linguistiques et historiques, les corpus européens (France, Belgique, Allemagne, Grande-Bretagne, Espagne, Hongrie), américains (Canada, États-Unis, Caraïbe, Chili) et africains francophones, anglophones et lusophones (Algérie, Maroc, Rwanda, Togo, Guinée, Congo, Somalie, Nigéria, Angola, Mozambique), moins en raison d’un cosmopolitisme nommé World Literature / Littérature-monde que d’une réflexion convergente sur l’imaginaire historique et d’une rencontre effective des références et des modèles littéraires. Actualisant leur force de décentrement et la puissance de figures paradigmatiques, les fictions composent ainsi un récit transnational, à l’écoute de l’histoire immédiate et à usage du contemporain et proposent par là-même une réflexion sur l’idée d’histoire littéraire mondiale et sur les formes que pourrait prendre son écriture.

Agrégée de lettres modernes, Yolaine Parisot est maître de conférences en littératures francophones et comparées à l’Université Rennes 2 et membre du Groupe Phi – CELLAM.

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, agrégée de lettres modernes, Charline Pluvinet est maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université Rennes 2 et membre du Groupe Phi – CELLAM.

Sommaire

Avant-propos Yolaine Parisot et Charline Pluvinet – Force et vertu de la fiction face à l’histoire immédiate. Pour un récit transnational du temps présent

Phénoménologie de l’événement, fictions du présentisme

Andrée Mercier – La constellation romanesque d’Octobre 1970. L’engagement de la littérature dans l’Histoire Emilie Etemad – 2666 : l’excès et l’histoire Marie Bulté – Faire l’histoire immédiate, faire le roman de l’histoire immédiate : double dispositif dans Le Passé devant soi de Gilbert Gatore Chloé Tazartez – Quand l’histoire immédiate est explosion : l’univers fictionnel comme « frénésie interrogative » dans L’Attentat de Yasmina Khadra et Les Étoiles de Sidi Moumen de Mahi Binebine Isaac Bazié – État de siège, réclusion et écriture de l’histoire immédiate dans les récits de violence Yolaine Parisot – Au-delà de l’événement postcolonial… Récits de (l’éternel) retour, retours à la fable Oana Panaïté – Tombeaux littéraires contemporains

L’écrivain face à l’histoire immédiate : fictions et représentations de l’auteur Myriam Watthee-Delmotte et Christophe Meurée – Écrivains et postures prophétiques au regard de l’histoire immédiate : l’écrivain, par-delà le prophète empêché Jérémy Lambert – L’écrivain, voix de la communauté brisée. Petite suite au 11 septembre d’Henry Bauchau, 11 septembre 2001 de Michel Vinaver Valentina Tarquini – L’auteur africain et ses fous : intouchables passeurs de littérature Chloé Chaudet – L’hybridité de l’ethos dans Shame de Salman Rushdie et Révolutions de J.-M. G. Le Clézio : une perception ambivalente du « modèle » occidental Barbara Dos Santos – Auteur, témoignage et histoire dans les littératures postcoloniales : l’exemple des littératures d’Afrique lusophone Gabrielle Napoli – Fictions d’auteur et génocides : réflexions pour une poétique du témoignage (Hongrie-Rwanda) Charline Pluvinet – Fiction d’auteur et autobiographie fictive : (ré)inventer un romancier face au chaos politique dans Waiting for an Angel de Helon Habila et What is the What de Dave Eggers Anthony Mangeon – Henri Lopes au miroir d’Aragon

Force et vertu de la fiction à présent Gisela Bergonzoni – Vila-Matas pense à son art : entre l’âme et la bête, entre la critique et le récit Béatrice Guéna – Les écrivains fantômes (Vertiges de W.G. Sebald et Le Mal de Montano d’Enrique Vila-Matas) Alice Forge – Les Éditions Pyrodactyles, un répertoire d’auteurs fictifs Inès Cazalas – Le dernier vol du flamant (2000) de Mia Couto : force et vertu de l’imagination Jean-François Chassay – Le laboratoire monstrueux de Brian Evenson Alison James – La force des faits dans l’écriture du présent

Postface Emmanuel Bouju – Histoire immédiate et paradigme « istorique ». Notes sur l’actualité du roman