Colloque

A partir de Venise : héritages, passages, horizons

L’ASSOCIATION INTERNATIONALE DE LITTERATURE COMPAREE :

COLLOQUE :

Le colloque « A partir de Venise : héritages, passages, horizons : Cinquante ans de l’AILC (Venise 25-30 septembre 1955 / 22-25 septembre 2005) » a eu lieu à l’UNIVERSITÉ CA’ FOSCARI de VENISE, du 22 au 25 septembre 2005. Ce colloque, dont l’organisatrice principale était le professeur Paola Mildonian, célébrait le cinquantenaire de l’AILC/ICLA (Association Internationale de Littérature Comparée/ International Comparative Literature Association) et en particulier le jubilé de son premier congrès tenu à Venise en septembre 1955 sur le thème « Venise dans les littératures modernes ». Le colloque rassemblait cent soixante-dix participants venus de trente-deux pays. Il a été à la fois un moment de réflexion sur le développement d’une association qui, née comme un cercle restreint de chercheurs européens et nord-américains, est devenue dans les dernières décennies une organisation mondiale avec des milliers d’adhérents appartenant aux cinq continents, et un débat théorique sur l’état de notre discipline. Il a aussi voulu promouvoir une discussion sur le rôle que Venise a tenu et qu’elle aura encore à tenir dans ce projet. Si, de fait, il y a cinquante ans, Venise fut choisie, conformément aux perspectives des études de ces années, comme thème littéraire, aujourd’hui, la ville et sa région se présentent comme un carrefour des héritages et des perspectives qui permettent d’exemplifier leur rôle constant dans les processus interculturels entre Nord et Sud, entre Orient et Occident, entre les continents.

L’AILC :

Pour présenter l’AILC à nos collègues les plus jeunes, il s’agit de la seule organisation rassemblant les comparatistes au niveau mondial. Elle fédère ainsi l’ensemble des sociétés nationales de Littérature générale et comparée. Elle comprend environ 4000 membres répartis sur tous les continents, elle est pilotée par un comité exécutif qui a été élu à Hong-Kong, lors du dernier congrès, en 2004, et qui s’est réuni à Venise récemment. L’actuelle présidente en est le professeur Tania Franco Carvalhal (Brésil). Les membres français du Comité exécutif sont : Philippe Daros (Paris III), Stéphane Michaud (Paris III) et Jean-Marc Moura (Lille III). Sylvie André (Papeete) est la secrétaire générale. Jean Bessière est président d’honneur de l’AILC et pilote le Comité de nomination. La liste de tous les comités et des responsables figure sur le site de l’AICL. Les membres de la SFLGC sont aussi membres de l’AILC. A cet égard, ils sont informés des manifestations et des recherches menées dans le cadre de l’AILC par le Bulletin et par Recherche littéraire/Literary Research. L’AILC est la seule association de littérature comparée de niveau mondial et s’il est une discipline qui se doit de confronter ses problématiques et ses méthodes de recherches au niveau « global », c’est bien le comparatisme. Comme le français est l’une des deux langues officielles (avec l’anglais) de l’AILC, il est important que de nombreux enseignants-chercheurs français participent aux travaux et débats de l’association afin de poursuivre cette tradition et de favoriser les échanges entre notre société et les collègues étrangers.

BREVE HISTOIRE DE L’AILC :

L’AILC fut créée en 1954, à l’Université d’Oxford, dans le cadre du sixième Congrès triennal de la Fédération Internationale des Langues et Littératures Modernes (FILLM). Les membres du Comité élus à l’époque comprenaient, entre autres, Fernand Baldensperger, T. S. Eliot, Jean-Marie Carré et Carlo Pellegrini. Les statuts de l’AILC, adoptés à l’Assemblée générale de Venise (1955) et amendés à Fribourg, Bordeaux, Innsbruck, New York, Paris, Edmonton et Leyde, déclarent que l’objectif principal de l’Association est de « promouvoir l’étude de la littérature entreprise du point de vue international. Elle s’efforce d’atteindre cet objectif par la coopération internationale ». L’Association est affilié à la FILLM et est représentée à son comité exécutif par le président de l’AILC ou par un représentant désigné ; elle est reliée par la FILLM au CIPSH et à l’UNESCO, et a reçu des fonds des deux organisations pour la recherche et les publications. Depuis ses débuts, l’Association a été considérée comme un agent important pour la promotion de la recherche internationale en littérature comparée. Un certain nombre de comités de recherche représentent la portée pluraliste et internationale de la recherche en littérature comparée effectuée sous l’égide de l’AILC. Ces comités se réunissent chaque année dans divers lieux du globe. Des ateliers spécialisés sont organisés pour coïncider avec les congrès triennaux de l’Association. Ces comités sont de deux types : les comités permanents de recherche et les comités temporels de recherche. Ainsi, le « Comité de Coordination pour l’histoire des littératures en langues européennes, » qui a une histoire de plus de trente ans, a supervisé la publication d’un nombre impressionnant d’oeuvres.

L’Association publie aussi régulièrement les Actes des congrès, le Bulletin de l’AILC - une publication biannuelle et officielle de l’Association, chargée de diffuser les nouvelles de l’Association, les annonces des congrès, des réunions, des symposiums et de signaler les publications et les projets de recherche récents - et Recherche Littéraire, consacré à la critique des publications comparatistes. A l’heure actuelle, l’AILC est l’une des plus grandes associations internationales dans le domaine des Humanités. Pour de plus amples informations, on peut consulter le site de l’AILC : http:// www.byu.edu/ icla/index.html

LE PROCHAIN CONGRES DE L’AILC :

Le XVIIIe congrès de l’AILC aura lieu à l’Université fédérale de Rio de Janeiro, Brésil, du 29 juillet au 5 août 2007. Les propositions de communications devraient être envoyées de préférence avant mars 2006. On trouve toutes les informations sur ce congrès sur le site http://www.ailc-rio.ufrj.br Le thème du congrès est : Au-delà du binarisme : discontinuités et déplacements en littérature comparée/Beyond Binarisms : Discontinuities and Displacements in Comparative Literature.

Les études de Littérature Comparée ont subi de considérables transformations influencées par les différents courants de pensée qui ont dominé le monde occidental dans la seconde moitié du XXe siècle. Le comparatisme a souvent abandonné la tendance à la construction d’une poétique universelle pour adopter un discours pluriel, historiquement situé et conscient des différences qui identifient chaque corpus littéraire. Le regard qui caractérisait le comparatisme traditionnel s’est décentré et a assumé explicitement son lieu d’énonciation, l’aura de l’objet esthétique a été questionnée et a donné lieu à d’autres types d’expression esthético-littéraire jusqu’alors exclus. Le champ traditionnel des études comparatistes s’est ouvert à d’autres voix, venues des lieux auparavant négligés, et à des groupes dont la production était souvent considérée comme secondaire ou mineure. Le schéma binaire, qui avait longtemps prévalu au sein du comparatisme, a été réexaminé et remplacé par une vision qui cherche à accueillir des formes alternatives d’expression, en reconnaissant leurs différences. Le XVIIIe Congrès de l’AILC à l’intention d’être un forum de débats pour ces questions. Son but majeur sera de repenser le rôle du comparatisme au début du XXIe siècle et d’examiner les conflits auxquels la discipline fait face et les chemins qu’elle peut prendre dans ses différentes formes d’action. SECTIONS PREVUES : 1.Comparatismes : permanence et transformations. 2.Les discours critiques et le rôle de l’intellectuel. 3.Croisements et contaminations. 4.Humain, inhumain, post-humain 5.Identités en procès : multiculturalisme, métissage, hybridismes. 6.Traductions, Traditions, Trahisons. 7.Nationalismes et sexualités : genre, classe et rapports de pouvoir.