"Femmes écrivains à la croisée des langues" (10-11 mai 2007). Appel à contribution

Appel à Contributions/Call for papers

Femmes écrivains à la croisée des langues (1700-2000)
Women writers at the crossroads of languages (1700-2000)

10-11 mai 2007/10-11 May 2007
Université de Genève/University of Geneva, Switzerland

Les femmes écrivains ont souvent développé un rapport complexe à la langue, impliquant aussi bien la critique du sens établi que diverses formes d’appropriation du discours et de création de sens inédits. Les situations interculturelles peuvent de leur côté mettre en crise le rapport à l’identité et à la langue, mais aussi favoriser une conscience critique de ces dernières. Pour les femmes écrivant dans une situation interculturelle, la langue apparaît donc à double titre comme le terrain d’une invention de soi et d’une négociation des relations de pouvoir, entre les sexes et entre les cultures. Entre réponses affectives et stratégies discursives, leurs constructions de l’identité mêlent étroitement le personnel et le politique. Elles sont aussi historiquement situées et précèdent ou accompagnent l’émergence de discours naturalisant ou au contraire déconstruisant langues nationales et différence des sexes.
Comment les femmes écrivains construisent-elles, à différentes époques, leur expérience de l’interculturalité et/ou du plurilinguisme dans des situations d’émigration, d’exil, de colonisation, d’appartenance à une minorité linguistique, ou d’autres encore ? Quelles réarticulations de l’identité, de la liberté et du pouvoir le contexte interculturel permet-il d’envisager et en quoi le travail sur les langues en devient-il l’instrument ? L’imbrication entre genre et culture dans la langue renforce-t-elle la domination ou ouvre-t-elle des espaces d’autonomie, de redéfinition de soi ? Plus généralement, par quelles stratégies les écrivaines répondent-elles à la nécessité de négocier des repères identitaires et linguistiques multiples ? Quelles politiques, conservatrices ou progressistes, de la langue et du genre ces stratégies impliquent-elles ?
Ce colloque permettra de mieux comprendre les transformations de l’identité, des rôles et des pratiques des femmes écrivant à la croisée des langues depuis le 18e siècle jusqu’à aujourd’hui. Il entend ainsi favoriser les échanges entre les différents courants critiques et disciplines travaillant actuellement sur ces questions : les études postcoloniales (Françoise Lionnet, Gayatri Spivak), la traductologie féministe (Sherry Simon, Luise von Flotow), les trauma studies (langue et déracinement), l’étude socio-historique des femmes écrivains (voir le colloque de Chawton House, « Traductrices, commentatrices, médiatrices : femmes écrivains 1700-1900 »), l’ethnopsychiatrie, etc. La réflexion d’auteures telles qu’Assia Djebar, Nancy Huston, Gloria Anzaldúa sera aussi une référence théorique pour la discussion. Nous invitons des contributions en français ou en anglais dans le domaine de la littérature et du cinéma.
Les problématiques suivantes et leurs dimensions interdisciplinaires pourront être abordées :
- Ecrire le plurilinguisme et les situations interculturelles au féminin
- Langue première et genre
- Stratégies d’écriture à la croisée des langues
- Genre et traduction

Les propositions, de 200-250 mots, sont à envoyer pour le 31 octobre 2006 au plus tard en format Word par courriel à l’adresse suivante : greg@lettres.unige.ch

Women writers have often developed a complex relationship to language, subverting and appropriating established meanings and creating new ones. In addition, cross-cultural situations may create a crisis in the relationship to language and identity but also allow for the development of a critical point of view. Language can thus be the ground for women writing in such situations to reinvent themselves and negotiate new relations of power between genders and cultures. Linking the personal and the political, the resulting constructions of identity strike a balance between emotional responses and discursive strategies. They are historically situated and precede, parallel or respond to emerging discourses that either naturalise or deconstruct national languages and sexual identity.
How do women writers at different times construct their cross-cultural or plurilingual experience in situations of emigration, exile, colonisation, belonging to a linguistic minority, etc. ? What new articulations of identity, freedom and power does a cross-cultural context allow for, and how do writing and language become instruments of change ? Does the relationship between gender and culture in language help reinforce domination or does it allow for new types of autonomy and self-definition ? At a more general level, how do women writers respond to the necessity of negotiating plural identities and multiple linguistic references ? What conservative or progressive politics of gender and language do these strategies imply ?
This conference aims at better understanding the changes in the identity, roles and practices of women writing at the crossroads of languages from the 18th century to the present day. It will promote exchanges between various critical perspectives and disciplines currently focusing on these questions : postcolonial studies (Françoise Lionnet, Gayatri Spivak), feminist translation theory (Sherry Simon, Luise von Flotow), trauma studies (language and uprooting), the socio-historical study of women writers (see the Chawton House Conference “Traductrices, commentatrices, médiatrices : femmes écrivains 1700-1900”), ethnopsychiatry etc. The writings of authors such as Assia Djebar, Nancy Huston or Gloria Anzaldua will also serve as a theoretical framework.

We welcome paper proposals in both English and French in literature or film studies. The following aspects and their interdisciplinary developments will be included :
- Women writing between languages and cultures
- First language and gender
- Writing strategies at the crossroads of languages
- Gender and translation

200-250 words proposals in Word format should be send to greg@lettres.unige.ch by the 31 October at the latest.

Organisation :
Groupe de recherches en Etudes Genre de la Faculté des Lettres, Université de Genève (GREG)
Etudes genre, Faculté des Lettres, Université de Genève
Etudes genre, Faculté des Lettres, Université de Lausanne
Programme de Langues et Littératures Européennes et Comparées, Faculté des lettres, Université de Lausanne (LLEUC)
The International Reception of Women’s Writing, Utrecht University (NWO-project)

Comité d’organisation/Organising committee :
Valérie Cossy, Francesca De Vecchi, Agnese Fidecaro, Corinne Fournier, Zeina Hakim, Ute Heidmann, Martine Hennard, Henriette Partzsch, Myriam Perregaux, Suzanne Van Dijk, Jane Wilhelm.